LE PROJET

Le projet de recherche « Discipliner l’archive ? » est financé par le LabEx Les passés dans le Présent de 2016 à 2018. Il interroge le statut de l’archive en confrontant sa conceptualisation et ses usages aux différents enjeux et méthodes propres aux approches disciplinaires au sein des sciences humaines et sociales.

logo_pp_labexA travers le travail sur des fonds d’archives distincts (d’auteurs ou thématiques) et d’un séminaire de recherche en quatre séquences, le projet identifiera les problématiques disciplinaires de l’archive, à partir de contextes historiques et historiographiques variés.

Développé en trois angles d’observation : « Archive et disciplines », « Constitution, circulation et réception des archives de chercheurs » et « Rendre publique l’archive », le projet « Discipliner l’archive ? » réalisera une analyse fine de la variété des questionnements et des usages liés à l’archive, et en interrogera l’inscription dans notre propre présent

Thématiques et objectifs

L’archive est une trace de passé existant dans le présent, la réémergence sur le mode présent d’un fragment de passé. Classé, enregistré, plus ou moins accessible, le document d’archive offre la possibilité à un regard, ou à une écoute – pas nécessairement ceux des chercheurs – de se replonger, au présent dans un présent qui fut autre, plus ancien, et de pouvoir accéder à ce qui se pensait, s’écrivait ou se disait alors.

Le statut de l’archive est cependant complexe. Il l’est d’abord par la variété des supports matériels et des « objets » auxquels il renvoie : au singulier ou au pluriel, l’archive est une institution, un bâtiment, un ensemble précis de documents rassemblés, ou au contraire un seul document, isolé. Publique, privée, associative, l’archive peut aussi être définie par son origine, ou par sa forme, par l’accès qu’elle nous impose. Avant la constitution d’un document en archive, avant sa transformation en une ressource, il faut s’en emparer et créer les conditions matérielles de son appréhension. Comment un ensemble de traces, parfois hétéroclite, parfois extrêmement cohérent – devient-il une ressource pour la recherche ?

Les différents champs disciplinaires à l’intérieur des sciences humaines et sociales conçoivent leur propre rapport aux traces matérielles de manière souvent extrêmement variée : le lien à l’archive s’impose parfois comme une évidence, parfois au contraire comme une étrangeté importée d’autres pratiques disciplinaires, parfois enfin comme une démarche radicalement nouvelle. Pour les historiens, le rapport à l’archive est à ce point constitutif de leur travail qu’il est souvent considéré davantage comme une « méthode » de l’historiographie que comme un objet – même si les questions que soulèvent cette « méthodologie », et la confrontation à des traces de statut et de forme absolument différents ne cessent en réalité de relancer le problème. En science politique et en sociologie, certains travaux évitent soigneusement l’usage de l’archive ou bien déclarent leur propre « contamination » avec d’autres approches disciplinaires – anthropologie politique, anthropologie du contemporain… L’anthropologie elle-même, souvent confrontée à l’enregistrement de traces documentaires, est parfois rétive à l’idée de décaler l’approche de ses enquêtes, ou ses pratiques de terrain, du côté d’une problématisation du passé. En philosophie, enfin, la réflexion sur le statut de l’archive (en particulier dans la recherche sur fonds d’auteur, c’est-à-dire comme documentation matérielle tout à la fois des conditions et des effets de la réflexion philosophique), et sur la manière dont cette référence aux traces matérielles est aujourd’hui devenue centrale dans un travail de « production de la vérité », sont des axes toujours plus importants pour la recherche. Quelle place a occupé – et occupe aujourd’hui – l’archive dans la méthodologie des différentes « disciplines », et quels questionnements ces mêmes disciplines sont-elles capables de produire sur leurs propres gestes de saisie des sources documentaires auxquelles elles se réfèrent ?

Se poser la question du rapport de l’archive aux disciplines amène également à prendre en compte un type de « masse documentaire » spécifique : l’archive produite, accumulée et organisée par les disciplines elles-mêmes. Qu’en est-il de l’archive des chercheurs et des enseignants ? Comment construit-on ces fonds ? Quels dispositifs président à la récollection et à l’organisation d’un fonds d’enquête ? Qu’entend-on par « fonds d’auteur » – ces ensembles toujours plus présents qui, bien qu’ils semblent désormais s’imposer comme des sources majeures, ne sont encore que très peu interrogés ? Le travail sur archive est-il réellement susceptible de modifier, au présent, la perception et la saisie d’un « auteur » ? Quel « retravail » du couplage auteur/œuvre, le « fonds d’auteur » introduit-il ?

Le projet interrogera donc les mécanismes de constitution, de hiérarchisation, d’usage – ce que nous pourrions appeler une « disciplinarisation de l’archive » ; mais il se proposera aussi de comprendre comment l’archive est littéralement « jouée » dans les différentes approches méthodologiques qui existent au sein des sciences humaines et sociales, en testant l’hypothèse d’une « disciplinarité » des archives, d’une spécificité disciplinaire du travail sur archive ou de la référence à celle-ci pour la recherche.

Enfin, tous ces questionnements seraient impossibles sans une interrogation spécifique sur les modalités de constitution matérielle de l’archive elle-même. La variété des formats de saisie et des supports offerts désormais aux institutions, aux archivistes et aux bibliothécaires a-t-elle un effet sur les documents et sur leur usage ? Et du côté des chercheurs, la circulation à l’intérieur d’un fond documentaire, ou entre différents fonds, est-elle modifiée par le type de support permettant l’accès à l’archive? La numérisation progressive des fonds implique en particulier une réflexion sur les techniques de constitution et sur les effets d’appréhension qu’elle induit qui nous semble essentielle.

Trois grands axes de questionnement émergent dès lors :

1 – Quels sont les enjeux épistémologiques et méthodologiques de l’archive, selon les différents champs disciplinaires dans lesquels on choisit de se placer (sociologie, philosophie, anthropologie, histoire, science politique…), ou au croisement desquels on choisit au contraire de faire jouer différents registres d’approche de l’archive elle-même ? Par ailleurs, en amont, les différents enjeux de la constitution d’archive (conservation, sauvegarde, pérennisation) et la variété des dispositifs matériels qui en permettent la réalisation impliquent-ils des régimes de temporalité spécifiques ? La notion d’« archive pérenne » est-elle par exemple permise aujourd’hui par les techniques de numérisation ?

2 – Quelles sont les logiques de stratification et d’accumulation de la documentation de recherche – c’est-à-dire de « constitution en archive », puis de réception et de circulation – ce que l’on pourrait désigner comme l’archive de la recherche elle-même, ou plus largement l’archive générale de la production intellectuelle à un moment déterminé et dans un champ donné ?

3 – Que signifie le fait de rendre une archive publique ? L’ouverture d’accès à un fonds, qu’il soit public ou privé, ou encore la publication de documents qui en sont issus, obligent à réfléchir à des questions – à la fois scientifiques et politiques, parfois même économiques – souvent difficiles. Existe-il une « politique de l’archive » spécifiquement liée aux conditions de sa publicisation, c’est-à-dire au passage à un régime d’accès et de diffusion « ouvert » ?

Ce projet de recherche s’articulera par conséquent autour de trois différentes thématiques et approches, mais également autour de différentes formes de travail. Le développement de chacun de ces trois axes s’appuiera en effet sur la combinaison de travaux individuels (s’inscrivant principalement à l’intérieur d’un axe spécifique) et de semestres de séminaire. Par ailleurs, nous proposons la mise en place – sur une période d’un an – d’un contrat postdoctoral, dont les objectifs devront relever des trois axes à la fois, et qui donnera lieu à un appel à projet puis à une sélection (concours sur projet). Au cours des six premiers mois, le lancement du projet se fondera en particulier sur quatre à six séances de séminaire-atelier qui permettront de réfléchir sur le statut de l’archive elle-même. Ces séances impliqueront de revenir sur un certain nombre de travaux déjà existants, et prévoiront l’intervention d’experts – archivistes, responsables de fonds, spécialistes des technologies de numérisation, bibliothécaires – afin de construire le cadre d’ensemble de la réflexion que nous entendons mener par la suite (de ce point de vue, la collaboration avec la BDIC, l’IMEC et le LESC seront essentielles).