Axe 1 | Archives et disciplines

Pour le sens commun, les historiens sont les interlocuteurs « directs » et évidents des fonds d’archives, qu’ils placent de manière naturelle au centre de leurs recherches. Même les adeptes de formes d’hybridation disciplinaire, ont tendance à faire de l’archive un élément de méthode spécifiquement historique, tandis que l’entretien serait spécifiquement sociologique. Mais cette idée de la « naturalité » de l’archive du point de vue historiographique est en réalité simpliste. . L’usage de l’archive est loin d’être au cœur de tout travail historique, comme le montre notamment l’évolution de la recherche historiographique française dans le sillage de l’Ecole des Annales. Par ailleurs, en sociologie comme en science politique, en France comme dans le monde anglophone, l’archive trouve progressivement une place avec la constitution de formes disciplinaires hybrides : sociologie historique, socio-histoire, social science history… Il nous semble important de revenir sur ces logiques d’appropriation et de désappropriation de l’usage de l’archive, de confronter la manière dont différentes approches méthodologiques et traditions disciplinaires s’emparent des « traces matérielles » et les construisent comme objets de questionnement, y compris pour certaines disciplines qui semblent a priori peu réceptives à cette forme de source. Comment penser l’archive en philosophie ou en anthropologie ? Ces retours critiques et méthodologiques sur des points peu débattus seront opérés dans le cadre de la 2ème séquence du séminaire de recherche (cf. Actions intégrées), et seront accompagnés par trois enquêtes (voir Actions liées à l’Axe 1). La première (Judith Revel et Emmanuel Renault) vise à comprendre comment l’archive a soutenu et relancé une réflexion sur les conditions matérielles de la production philosophique, et comment les traces matérielles sont devenues, pour une discipline qui n’en avait pas l’habitude, des points de cristallisation de « jeux de vérité ». Stéphane Dufoix s’attachera à saisir, au travers d’une analyse des débats sur la question de l’archive en sociologie et en science politique, l’ancrage disciplinaire des méthodes (y compris quand, aux Etats-Unis, l’usage de l’archive est souvent considéré comme une historical method). Un retour sur l’histoire de ces débats permettra de mieux saisir les enjeux sous-jacents à certaines formes d’hybridation disciplinaire.

Enfin, d’un point de vue anthropologique, les archives sont également des artefacts matériels pour lesquels sont mis en œuvre une série d’outils et de techniques qui visent à conserver, sauvegarder et pérenniser les traces du passé. Il s’agira ici de saisir comment – et avec quels dispositifs matériels et intellectuels – les archives sont gardées en l’état, et quels sont les régimes de temporalités qui accompagnent ces dispositifs archivistiques. Christine Jungen (en collaboration avec Tiziana Beltrame) mènera une enquête sur la notion d’« archive pérenne » et d’« archive à long terme ». La première travaillera spécifiquement au CINES (Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur, situé à Montpellier et spécialisé dans l’archivage de la recherche scientifique) alors que la seconde réalisera une enquête de terrain au Musée Royal d’Afrique Centrale à Tervuren (Belgique), pour comprendre comment la constitution, la gestion et l’exposition de fonds anthropologiques requiert en amont des choix extrêmement importants et qu’il s’agit précisément de faire émerger.