Axe 3 | Rendre publique l’archive

Sans être obligatoirement secrète, l’archive n’est pas toujours accessible à tous. Son accessibilité est organisée par des inventaires, des restrictions, des demandes d’autorisation, des dérogations etc. Il est difficile de vouloir traiter de l’archive sans poser la question des conditions matérielles de son accessibilité, c’est-à-dire de la question scientifique (et parfois politique) de sa publicisation « large », ou encore de l’instrumentalisation éventuelle de tel ou tel régime d’accessibilité. Ces questions – qui vont du secret, à l’ouverture partielle ou totale, ou à la patrimonialisation pleine – seront abordées par trois différentes enquêtes et une séquence de séminaire (la dernière), qui traiteront en particulier de trois problèmes engendrés par la tension entre les œuvres non publiées et les œuvres publiées d’un auteur, et les conséquences politiques qui peuvent en découler : (1) les œuvres restées largement non publiées, comme celle de Marx (seul Le Capital fut publié de son vivant), conservent un statut problématique qui est susceptible de relancer non seulement le processus éditorial mais la saisie (et l’usage) « politique » d’une pensée ; (2), la place et l’importance données (ou à donner) aux notes préparatoires d’un ouvrage – par ailleurs publié – dans la perception du mouvement d’ensemble d’un travail intellectuel ; enfin (3), le rôle mémoriel de l’archive et sa possible instrumentalisation.

Emmanuel Renault s’intéresse à la publication et à la réception d’œuvres et/ou d’enseignements d’auteurs à partir d’archives qui en ont constitué le matériau primaire et permis bien souvent l’édition. Il s’intéresse aussi aux effets de décalages que différentes sources archivistiques (et différents contextes de production et de conservation de ces « traces ») déterminent pour une même pensée. Il prendra l’exemple de John Dewey, philosophe majeur du xxème siècle dont, seuls les cours, en l’absence d’un ouvrage publié, transmettent la théorie sociale. E. Renault encadrera un travail de comparaison entre le processus d’édition critique, encore à venir, d’une source documentaire inédite essentielle pour la saisie de la pensée de John Dewey, et d’autres sources documentaires, publiées ou en cours de publication. Il s’agira en particulier de comprendre comment les registres et les contextes d’expression (ici : Etats-Unis, Chine), puis de conservation des traces documentaires, influencent par la suite la réception scientifique et politique d’une pensée comme celle de Dewey. Dans une approche et un contexte distincts, Théophile Lavault établira, sur la base des archives écrites[1] ou orales sur lesquelles il travaille, une généalogie de l’action de la police administrative dans le contrôle de l’immigration (en partie du Service d’Assistance Technique, SAT), un service de police administrative chargé à Paris de la surveillance des étrangers entre 1958 et 1984. Il soulèvera la question de l’accessibilité complexe de ces documents, et celle de la rationalité des pratiques de gouvernement que ceux-ci peuvent faire émerger aux confins de la philosophie politique et de l’anthropologie politique. Enfin, Simon Ridley interrogera l’archive contestataire estudiantine en France (Mai 68 à Nanterre) et aux États-Unis (Free Speech Movement à Berkeley). Il s’intéressera en particulier à l’entreprise mémorielle des deux universités qui, cherchant l’une comme l’autre à ne pas perdre contact avec le passé, ont constitué leur mémoire en un objet académique spécifique. Il analysera les dispositifs de gestion mémorielle – voire la récupération instrumentale – de ces passés militants par les deux institutions.

La nature et les objectifs de ces actions individuelles seront détaillés plus bas, ainsi que le montage de chacune des séquences du séminaire et les productions directes du projet (actions de diffusion, de publication notamment).

[1] Ministère de l’Intérieur, Service historique de l’Armée de Terre, Préfecture de police, archives d’associations de migrants déposées à la BDIC